[Critique] 12 Years A Slave

Critique-12-years-a-slaveRetour sur l’un des plus puissants film sur l’esclavage…


Réalisateur : Steve McQueen
Acteurs : Chiwetel Ejiofor, Michael Fassbender, Benedict Cumberbatch, Lupita Nyong’o
Distribution : Mars Distribution
Durée : 2h13
Genre : Historique, Drame
Date de sortie : 22 janvier 2014

Synopsis : Les États-Unis, quelques années avant la guerre de Sécession.
Solomon Northup, jeune homme noir originaire de l’État de New York, est enlevé et vendu comme esclave.
Face à la cruauté d’un propriétaire de plantation de coton, Solomon se bat pour rester en vie et garder sa dignité.
Douze ans plus tard, il va croiser un abolitionniste canadien et cette rencontre va changer sa vie…

Mon avis

Jusqu’à présent Steve McQueen a réalisé un sans faute dans sa filmographie. D’abord intimiste avec un Hunger déjà bien puissant mais peu connu du grand public, c’est là que démarre sa collaboration avec un certain Michael Fassbender, sa muse. Les deux hommes se retrouvent pour un Shame qui dévoilera au monde le talent de chacun et depuis le duo devient indissociable et un gage d’un film de grande qualité.

Jamais 2 sans 3, ils repartent ensemble pour une nouvelle aventure et un nouveau registre pour Steve McQueen qui s’attaque à une histoire forte, au sujet très dur et qui, plus que jamais en 2013, a suscité l’intérêt d’Hollywood.
Même s’il cède à l’appel de « la mode », c’est une oeuvre plus que poignante, déchirante et honnête qu’il offre. Dévoilant un bien sombre et révoltant passage de l’Histoire des noirs aux Etats-Unis, il adapte l’histoire vraie d’un homme libre, éduqué et respecté, qui tombera dans un piège et sera vendu comme esclave.

Maîtrise du récit et du choix pour raconter en 2h15, 12 ans d’une vie volée.

Les mouchoirs sont à préparer, le coeur serré, la révolte crie à l’intérieur de chacun. Impossible de rester insensible.
Dans cette horreur, McQueen prend le temps de quelques pauses et arrête sa caméra sur les sublimes paysages du Sud, témoins silencieux des atrocités.

Côté casting, Chiwetel Ejiofor se révèle au grand public, après des rôles mineurs dans SALT, 2012 ou American Gangster. Il est époustouflant, il arrive à dégager et faire ressentir la détresse de l’homme.
Face à lui, la vraie révélation de ce film, Lupita Nyong’o qui laisse bouche bée.
Tous les deux frais et bouleversants, ils réussissent parfaitement à se glisser dans leur rôle et à faire ressentir détresse et douleur.
Puis c’est un sans faute aussi du côté des nombreuses apparitions. Benedict Cumberbatch, Paul Dano, Paul Giamatti ou encore Michael Fassbender, au meilleur de sa forme et qui monte d’un cran son talent pour McQueen. Seule ombre au tableau, Brad Pitt qui en tant que producteur, cela se sent énormément, s’octroie un des derniers rôles. Malheureusement ça ne passe pas et il gâche le travail.

Au final, 12 Years A Slave confirme tout le talent de Steve McQueen qui ne laisse pas le spectateur sortir indemne de la projection. Un film d’une puissance incroyable, avec un casting irréprochable.

Ma note : 5/5

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.