[Critique] 9 mois ferme

Critique de 9 mois ferme (note: 3,5/5 - via PopMovies)Le verdict est sans appel pour le nouveau d’Albert Dupontel !


Réalisateur : Albert Dupontel
Acteurs : Sandrine Kiberlain, Albert Dupontel, Nicolas Marié
Distribution : Wild Bunch Distribution
Durée : 1h22
Genre : Comédie
Date de sortie : 16 octobre 2013

Synopsis : Ariane Felder est enceinte ! C’est d’autant plus surprenant que c’est une jeune juge aux mœurs strictes et une célibataire endurcie. Mais ce qui est encore plus surprenant, c’est que d’après les tests de paternité, le père de l’enfant n’est autre que Bob, un criminel poursuivi pour une atroce agression ! Ariane, qui ne se souvient de rien, tente alors de comprendre ce qui a bien pu se passer et ce qui l’attend…

Mon avis

Comédie française de l’année ?
Le nouveau film réalisé par Albert Dupontel en est proche et offre clairement quelque chose de nouveau, de frais au cinéma français.

Énergique, fou et indéniablement créatif, 9 mois ferme fait d’une faiblesse sa force. Au diable les moyens techniques dantesques, place à la simplicité et l’intelligence qui permettent des mises en scène fluides et originales.
La caméra tourne en rond mais les changements sont bien dynamiques.

Côté scénario, Albert Dupontel sort la carte de l’inventivité, encore, et pour cela le spectateur lui dit merci.
Drôle, cru, déjanté, trash, Dupontel n’épargne rien, allant jusqu’à montrer de façon absurde les scénarios les plus tranchants imaginés par son personnage, et laisse ainsi exploser son imaginaire.
Voilà la première force du film.
La seconde vient de son casting et surtout de son duo où il fait face à une Sandrine Kiberlain, une nouvelle fois au meilleur de sa forme.

9 mois ferme avec Albert Dupontel et Sandrine Kiberlain
Il ne faut pas non plus oublier les seconds rôles, tout aussi hilarants et absurdes, et les apparitions surprises de certains acteurs que l’on attendait vraiment pas.

Si certains voient dans 9 mois ferme une moquerie du monde de la justice, Albert Dupontel dira qu’elle n’a pas besoin du cinéma pour paraitre comme bête. Et « vlan ! » (Vous comprendrez le sens de cette dernière phrase en allant voir le film).

Ma note : 3,5/5

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.