[Critique] Et (beaucoup) plus si affinités

Critique-Et-beaucoup-plus-si-affinites-What-IfRetour sur la nouvelle comédie romantique.

Titre original : What If
Réalisateur : Michael Dowse
Acteurs : Daniel Radcliffe, Zoe Kazan, Adam Driver, Rafe Spall
Distribution : SND
Durée : 1h42
Genre : Comédie, Romance
Date de sortie : 29 octobre 2014

Synopsis : En se rendant à une soirée organisée par son meilleur ami, Wallace ne se doute pas qu’une rencontre va bouleverser sa vie. Son attirance pour Chantry a tout du coup de foudre. Une complicité immédiate s’installe avec cette jeune femme pétillante et à l’humour ravageur. Toutefois, il subsiste un petit obstacle aux prémices de cette belle histoire : Chantry est déjà en couple avec un dénommé Ben ! Elle propose donc à Wallace de sceller un tout autre pacte : devenir amis, et rien de plus. Au fil du temps, leur complicité ne fait que grandir et Wallace se retrouve vite confronté à un vrai dilemme : doit-il s’en tenir à sa promesse ? Faire en sorte que Chantry quitte Ben ? Faire semblant de se satisfaire de cette situation bancale ou bien tenter de la conquérir, au risque de la perdre ? Leur relation amicale va être mise à rude épreuve : mais un homme et une femme peuvent-ils réellement être amis ?

Mon avis

À première vue Et (beaucoup) plus si affinités avait tout pour plaire : une comédie romantique qui sort du cliché du genre en offrant de la nouveauté, un duo inédit avec la charmante Zoe Kazan et Daniel Radcliffe qui change une nouvelle fois de registre.

Si la nouveau té de l’histoire est appréciable et que l’on s’imagine parfaitement à la place du personnage de Wallace (qui n’a jamais eu un coup de coeur pour un gars / une fille déjà en couple ?) ou bien de Chantry, le plaisir s’arrête assez rapidement.
Même si les situations entre les deux font sourire, le film a un gros problème de rythme et il traine parfois des pieds pour totalement captiver.

Le duo formé par Zoe Kazan et Daniel Radcliffe fonctionne plutôt bien mais il souffre de ce manque d’équilibre. Ils sont mignons, l’alchimie passez bien mais ils ne provoquent pas une grosse étincelle.
Daniel Radcliffe change une nouvelle fois de registre cette année et cherche à casser son image. Il se glisse parfaitement dans la peau de ce garçon dont les relations amoureuses ne sont pas des réussites.
Zoe Kazan avait charmé avec Elle s’appelle Ruby mais malheureusement la magie n’opère pas dans Et (beaucoup) plus si affinités.

La longueur du film vient aussi du personnage d’Allan, le meilleur ami de Wallace joué par Adam Driver et qui est son total opposé en ce qui concerne sa relation avec les filles.
Sans complexe, plus libéré, pendant les 1h40 que dure le film, Allan parle sans aucune retenue de sa sexualité et de ses désirs d’une absurdité et d’une vulgarité incroyables.
Cela part pourtant d’une bonne idée et en générale le début des répliques fonctionne mais le scénario en rajoute, encore et encore, et à la fin cela ne marche plus.

Le dénouement, prévisible, de Et (beaucoup) plus si affinités traîne en longueur et s’étend. Même si le film ne dure que 1h40, on peut avoir l’impression de plus.
L’alchimie entre Zoe Kazan et Daniel Radcliffe semble avoir disparu entre temps.

Au final, Et (beaucoup) plus si affinités part d’une bonne idée, il est facile de se mettre à la place de l’un ou de l’autre (c’est d’ailleurs l’attrait principal du film), le duo est sympa mais la magie ne prend pas notamment à cause du manque de rythme et de la lourdeur des personnages d’Allan et sa copine.

Ma note : 1/5

 

 

Pour ne rien louper de l’actualité cinéma, retrouvez PopMovies sur Facebook !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.