[Critique] Cake

Critique de Cake avec Jennifer AnistonVerdict de ce Cake avec Jennifer Aniston.

Réalisateur : Daniel Barnz
Acteurs : Jennifer Aniston, Sam Worthington, Anna Kendrick, Felicity Huffman
Distribution : Warner Bros. France
Durée : 1h42
Genre : Drame
Date de sortie : 8 avril 2015

Synopsis : Claire Bennett va mal. Il n’y a qu’à voir ses cicatrices et ses grimaces de douleur dès qu’elle fait un geste pour comprendre qu’elle souffre physiquement. Elle ne parvient guère mieux à dissimuler son mal-être affectif. Cassante et parfois même insultante, Claire cède à l’agressivité et à la colère avec tous ceux qui l’approchent. Son mari et ses amis ont pris leurs distances avec elle, et même son groupe de soutien l’a rejetée. Profondément seule, Claire ne peut plus compter que sur la présence de sa femme de ménage Silvana, qui supporte difficilement de voir sa patronne accro à l’alcool et aux tranquillisants. Mais le suicide de Nina, qui faisait partie de son groupe de soutien, déclenche chez Claire une nouvelle fixation. Tout en s’intéressant à la disparition de cette femme qu’elle connaissait à peine, Claire en vient à s’interroger sur la frontière ténue entre vie et mort, abandon et souffrance, danger et salut. Tandis qu’elle se rapproche du mari de Nina et de leur fils, Claire trouvera peut-être un peu de réconfort…

Mon avis

Quatre mois après avoir fait le buzz aux États-Unis alors que de nombreuses critiques applaudissaient la performance de son actrice principale, Cake débarque enfin sur les écrans français.
Alors Jennifer Aniston a-t-elle mérité ces louanges ? Et aurait-elle pu obtenir un Oscar, ou du moins une nomination ?

Il aura fallu attendre près de 20 ans pour que la chérie de l’Amérique soit enfin prise au sérieux par Hollywood et se détache de son image d’actrice drôle. Cake est donc avant tout le film de la maturité pour Jennifer Aniston.
Si on pouvait appréhender un peu ce changement de registre, l’actrice démontre avec brio qu’elle peut aussi faire dans le dramatique. Sans fausse note, sans sur-jouer, elle trouve le bon équilibre pour interpréter cette femme détruite et marquée par la vie.
Pas de glamour pour ce premier rôle d’adulte, l’actrice ne porte pas une trace de maquillage pour l’embellir mais une énorme cicatrice qui permet de lui donner un nouveau visage et faire disparaitre son côté populaire. C’est une nouvelle Jennifer Aniston que l’on voit dans ce Cake et elle est bouleversante et très attachante.

Le reste du casting n’est pas non plus. On a le plaisir de voir Felicity Huffman et son mari William H. Macy dans des rôles à la portée totalement opposée et dont l’interaction avec le personnage de Claire est très différente. Ils s’en sortent tous les deux très bien, même si ils sont peu présents, avec une petite mention pour Felicity Huffman qui vient détendre un peu l’atmosphère et fait rire.
Plaisir de revoir Sam Worthington, absent des écrans depuis un petit moment, qui s’offre un bien joli rôle d’homme brisé aussi, un rôle qu’il maitrise avec justesse et sans excès.
Et enfin Anna Kendrick, que l’on voit pour la troisième fois au cinéma cette année et la deuxième en seulement un mois (Into the Woods en janvier, The Voices en mars). L’actrice continue de faire du Anna Kendrick et ne sort pas vraiment de sa zone de confort avec ce rôle.

Cake est un pur plaisir. Plaisir de voir enfin Jennifer Aniston dans un rôle mature, un rôle qu’elle maitrise parfaitement et qui aurait au moins mérité une nomination.
Après il manque un petit ingrédient à ce Cake pour en faire une réussite et un véritable délice, même si il ne cède pas dans la facilité et les clichés des rapports que les personnages ont entre eux. Mais la prestation de l’actrice est loin de laisser indifférent et on espère qu’elle obtiendra à l’avenir plus de rôles comme celui-là.

Ma note : 3,5/5

Partager cet articleShare on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest2Share on Google+0Email this to someone

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.