[Critique] Celle que vous croyez

[Critique] Celle que vous croyez (note: 3/5 - via popmovies.fr)

Juliette Binoche est-elle celle que vous croyez ?

Réalisateur : Safy Nebbou
Acteurs : Juliette Binoche, François Civil, Nicole Garcia, Guillaume Gouix
Distribution : Diaphana Distribution
Durée : 1h41
Genre : Drame
Date de sortie : 27 février 2019

Synopsis : Pour épier son amant Ludo, Claire Millaud, 50 ans, crée un faux profil sur les réseaux sociaux et devient Clara une magnifique jeune femme de 24 ans. Alex, l’ami de Ludo, est immédiatement séduit. Claire, prisonnière de son avatar, tombe éperdument amoureuse de lui. Si tout se joue dans le virtuel, les sentiments sont bien réels. Une histoire vertigineuse où réalité et mensonge se confondent.

Mon avis

Le cinéma français, depuis janvier, ne fait qu’offrir de belles choses et des films qui font plaisir à voir et montre que, oui, les français sont capables de faire de très bons films (bien loin de la comédie française grand public qui fait sourire jaune).

Difficile de passer à côté de Celle que vous croyez, car même sans vouloir la regarder, la bande annonce avait déjà quelque chose de magnétique. Juliette Binoche, toujours aussi belle et talentueuse. Et la curiosité était bien attisée.

On se laisse donc emporter par l’histoire de cette femme, en qui on peut toute se reconnaitre (qui n’a jamais eu l’envie, ou franchi le pas, d’épier sur les réseaux sociaux ?), qui cherche à atteindre son amant et se retrouver dans le piège du monde virtuel. Devenir quelqu’un d’autre, ou bien la personne que l’on aimerait vraiment être, pour être sûre de plaire à l’autre derrière son écran. Et forcément, ça marche.

Suit un bel échange, très drôle, qui montre les différences de génération (« Insta ? » c’est quoi ?) et de mode de séduction. Que l’on ait vécu ce genre d’échanges ou non, cette découverte de l’autre est plaisante et parlante à tous. L’euphorie, ce moment où l’on regarde sans cesse son téléphone pour voir clignoter le petit voyant indiquant un message, puis l’échange de numéro et les longues discussions.

Mais voilà, tout cela est bien et palpitant, on ne s’engage à rien, caché derrière un écran mais la réalité reprend très vite le dessus. Et c’est là que tout devient compliqué et le danger apparait plus clairement. Difficile d’aller plus loin sans trop révéler.

Celle que vous croyez est complexe oui, mais d’une grande richesse au niveau des sujets abordés. Le désir de la femme (pourquoi une femme qui sort avec un homme plus jeune se voit coller l’étiquette de « cougar » ? Alors que les hommes avec des petites jeunes « restent » des hommes ?), l’amour, les réseaux sociaux bien sûr et le danger qu’ils représentent, l’abandon, sans oublier le mensonge et donc la vérité. Mensonge qui est commencé par le personnage de Claire et qui aura de graves répercussions pour tous les personnages, car on ne peut pas jouer avec les sentiments des autres.

Même si la seconde partie du film a des difficultés pour tenir le niveau de la première, on peut compter sur le talent de Juliette Binoche pour captiver, face à celui qui se révèle au grand public en ce début d’année, François Civil (vu dans le très bon Le Chant du Loup), ainsi qu’une très jolie bande originale. Et pour ma part, je retiendrais cette scène de la gare et la réalisation de Safy Nebbou qui rend cette rencontre encore plus magnifique, et tragique aussi.

Ma note : 3/5

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.