[Critique] Die Hard : belle journée pour mourir

Critique-Die-Hard-5-Belle-journée-pour-mourir-Bruce-WillisRIP Die Hard…

Titre original : A Good Day to Die Hard
Réalisateur : John Moore
Acteurs : Bruce Willis, Jai Courtney, Sebastian Koch, Yuliya Snigir, Mary Elizabeth Winstead
Distribution : Twentieth Century Fox France
Durée : 1h36
Genre : Action
Date de sortie : 20 février 2013

Synopsis : Bruce Willis est de retour dans son rôle le plus mythique : John McClane, le « vrai héros » par excellence, qui a le talent et la trempe de celui qui résiste jusqu’au bout.
Cette fois-ci, le flic qui ne fait pas dans la demi-mesure, est vraiment au mauvais endroit au mauvais moment après s’être rendu à Moscou pour aider son fils Jack, qu’il avait perdu de vue. Ce qu’il ignore, c’est que Jack est en réalité un agent hautement qualifié de la CIA en mission pour empêcher un vol d’armes nucléaires. Avec la mafia russe à leur poursuite et la menace d’une guerre imminente, les deux McClane vont découvrir que leurs méthodes radicalement différentes vont aussi faire d’eux des héros que rien ne peut arrêter.

Mon avis

Après avoir mis New York sens dessus dessous, il fallait un nouveau terrain de jeu pour John McClane. Mais cette délocalisation peut aussi s’expliquer par le fait que New York n’est pas assez grand pour deux McClane. Direction la Russie pour Die Hard : belle journée pour mourir.

Dans ce 5ème volet de la franchise Die Hard, nous retrouvons donc le policier dans la ville chaude de Moscou pour des vacances plutôt animées et doublement explosive.

Dès le départ on sent bien que l’on ne retrouvera pas la touche Die Hard, rien que l’idée de faire sortir le héros de sa juridiction était douteuse, mais au fur et à mesure que le film avance, on voit bien que John Moore a voulu totalement innover sans prendre en compte qu’il devait réaliser un Die Hard. C’est très embêtant.

Donc au final nous avons droit à Die Hard : belle journée pour mourir, un film où l’action s’enchaîne, avec une scène impressionnante où le réalisateur s’est fait plaisir à démolir voiture sur voiture, les deux McClane passent leur temps à se ramasser, passer à travers des vitres mais sont toujours debout et à peine essoufflés (on voudrait tous être comme John MClane à son âge !).

Niveau dialogue, si on attend pas de grand discours, c’est très limité. On a bien une tentative d’émotion avec un tête-à-tête entre le père et le fils mais c’est clairement l’action qui prime.

Des incohérences dans le scénario, une réalisation assez moyenne, des scènes d’action un brin too much et qui contrastent avec le 4ème film (on rappel que Bruce Willis avait aimé l’idée de faire les scènes sans décor vert hors ici il y en a pas mal), un John McClane qui n’est pas là.

Avec Die Hard : belle journée pour mourir ne vous attendez pas à voir un Die Hard mais plutôt à un bon divertissement à ne pas prendre du tout au sérieux et à apprécier comme il est, sans se poser de question. Il y a de la casse, de l’action, un beau mec (pour les filles avec Jai Cutler et ses bras), une beauté Russe (pour les messieurs avec Yuliya Snigir qui montre qu’en Russie on a pas froid).

Ma note : 2/5

 

Partager cet articleShare on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.