[Critique] Frantz

[Critique] Frantz (note: 1/5)Que vaut Frantz, le nouveau film de François Ozon qui s’essaye au noir et blanc ?

Réalisateur : François Ozon
Acteurs : Pierre Niney, Paula Beer,
Distribution : Mars Films
Durée : 1h53
Genre : Drame
Date de sortie : 7 septembre 2016

Synopsis : Au lendemain de la guerre 14-18, dans une petite ville allemande, Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front en France. Mais ce jour-là, un jeune Français, Adrien, est venu se recueillir sur la tombe de son ami allemand. Cette présence à la suite de la défaite allemande va provoquer des réactions passionnelles dans la ville.

Mon avis

Avec Frantz, on est bien loin de ce que François Ozon nous avait offert avec Une nouvelle amie sorti il y a deux ans.
Bien sûr le sujet est différent mais il n’en reste pas moins que le résultat n’est pas si convaincant que ça.

L’histoire manque de passion, on ne rentre jamais vraiment dedans, même si l’agilité du scénario nous emmène sur une piste, la chute est mal maitrisée et le final un brin prévisible une fois que l’on comprend ce qu’il en est.
Peut-être le problème vient-il de la, trop grande ?, délicatesse du sujet. Même si sur ce point on ne peut rien dire, on comprend que ce ne soit pas facile pour les deux parties. Et c’est un élément intéressant.
Autre déception, et c’est François Ozon lui-même qui la donnera, c’est l’utilisation du noir et blanc. Si au départ, en voyant la bande annonce on peut être charmé et content de ce choix, le réalisateur confira lors d’une avant-première que c’était plus un choix qui lui a été imposé qu’une réelle décision. Avant de réduire les coûts des décors, pour éviter de devoir reconstruire des lieux, le noir et blanc masque les « défauts ».

Des difficultés avec l’histoire mais aussi les deux acteurs principaux. L’ambiance est froide, il n’y aucune alchimie qui se dégage entre les deux.
Pierre Niney n’arrive pas à s’effacer pour ne faire qu’un avec son personnage. Il donne l’impression de ne faire que réciter son texte.
Paula Beer, que l’on découvre ici, ne s’en sort pas si mal mais comme le film repose sur sa rencontre avec le personnage de Niney, elle n’arrive pas à sauver le tout.

Au final, j’aurais eu bien du mal à rentrer et à être totalement touché par l’histoire de Frantz… Beaucoup de retenue, un manque de passion et une chute peu convaincante, même si elle très intéressante, on apprécie Paula Beer, on regarde le film mais sans y entrer totalement. Et on ressort en oubliant.

Ma note: 1/5

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.