[Critique] Gatsby le magnifique

Critique-Gatsby-le-magnifiqueMagnifique ou pas magnifique ce Gatsby ?


Titre original : The Great Gatsby
Réalisateur : Baz Luhrmann
Acteurs : Leonardo DiCaprio, Carey Mulligan, Isla Fisher, Joel Edgerton, Elizabeth Debicki, Jason Clarke
Distribution : Warner Bros. France
Durée : 2h22
Genre : Drame , Romance
Date de sortie : 15 Mai 2013

Synopsis : Printemps 1922. L’époque est propice au relâchement des mœurs, à l’essor du jazz et à l’enrichissement des contrebandiers d’alcool… Apprenti écrivain, Nick Carraway quitte la région du Middle-West pour s’installer à New York. Voulant sa part du rêve américain, il vit désormais entouré d’un mystérieux millionnaire, Jay Gatsby, qui s’étourdit en fêtes mondaines, et de sa cousine Daisy et de son mari volage, Tom Buchanan, issu de sang noble. C’est ainsi que Nick se retrouve au cœur du monde fascinant des milliardaires, de leurs illusions, de leurs amours et de leurs mensonges. Témoin privilégié de son temps, il se met à écrire une histoire où se mêlent des amours impossibles, des rêves d’absolu et des tragédies ravageuses et, chemin faisant, nous tend un miroir où se reflètent notre époque moderne et ses combats.

Mon avis

Attendu depuis des mois, Gatsby le magnifique débarque enfin sur nos écrans pour l’ouverture du Festival de Cannes et quoi de mieux pour ouvrir les festivités que le fastueux Gatsby ?

Le film est à l’image du personnage de Gatsby : grand, clinquant, séduisant, charismatique. Baz Luhrmann s’est clairement fait plaisir en réalisation cette nouvelle adaptation du roman de F. Scott Fitzgerald et à tout donner sur une mise en scène vraiment grandiose. Trop peut-être. On assiste à un énorme spectacle, très chorégraphié, des couleurs vives, des maisons immenses, beaucoup de figurants, tout le monde danse, l’alcool coule à flot, des feux d’artifices, de la musique entraînante où l’on reconnait les voix des chanteurs à la mode.

C’est beau, très beau, on en prend plein les yeux, on a envie de rejoindre cette perpétuelle fête mais au final c’est fatiguant. Le rythme est rapide, très soutenu, avec un montage dynamique mais intéressant. Cependant tout cela va finir par s’essouffler et essouffler le spectateur tant il y a à voir.

Gatsby-le-magnifique

Lorsque Gatsby se retrouve face à celle qu’il aime, le rythme se calme et laisse place à plus d’émotions avec une histoire d’amour un peu à la Roméo & Juliette (rôle que Leonardo DiCaprio avait joué chez Baz Lurhmann…). Un désir d’être ensemble mais des obstacles à la concrétisation de cet amour. C’est là qu’entre en scène la fameuse chanson « Young & Beautiful » de Lana Del Rey et que l’on entend sous plusieurs formes (chantée par son interprète, puis par d’autres, mais aussi juste musical). C’est sans aucun doute leur chanson, leur thème et on tombe sous le charme.

Les deux amants jouent à chat dans l’opulence, souffrent avant de prendre une décision qui mènera à une scène où la tension va faire un bond. Le film va alors basculer et s’assombrir. Les couleurs vives du départ ne sont plus, la fête est finie, l’été qui semblait là depuis une éternité disparait au profit de l’automne, les arbres perdent leurs feuilles.

Côté réalisation donc cela est fait en grand, un peu trop mais c’est à l’image de l’homme.

Côté casting Tobey Maguire tient une très grande place, joue les narrateurs et est témoin des secrets, infidélités de chacun. L’acteur, tête à claques, doit très certainement sa présence à un film si prestigieux (il n’avait rien fait depuis 2009 et Brothers) à son grand ami Leonardo DiCaprio. Ce dernier est touchant et réussit à rentrer dans la peau du personnage, séducteur, charismatique mais il a tendance à faire du Leonardo DiCaprio.

Carey Mulligan est adorable, douce, touchante, elle scintille et on peut s’identifier à elle. Et en ce qui concerne Joel Edgerton qui joue son mari à l’écran, il prouve que c’est un acteur à suivre de très près.

Au final, Gatsby le magnifique est un très gros spectacle, pas désagréable mais qui en fait un peu trop, avec un beau casting qui ne nous laisse pas indifférent et qui facilite l’identification. Soit on aime le côté bling-bling, soit on aime pas mais on ne pourra pas nier qu’on est fasciné.

Ma note : 3/5

Partager cet articleShare on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.