[Critique] La Confession

[Critique] La Confession (note: 4/5 - via popmovies.fr)Faut-il aller voir La Confession de Maine Vacth face à Romain Duris ?

Réalisateur : Nicolas Boukhrief
Acteurs : Marine Vacth, Romain Duris, Anne Le Ny
Distribution : SND
Durée : 1h56
Genre : Drame
Date de sortie : 8 mars 2017

Synopsis : Sous l’Occupation allemande, dans une petite ville française, l’arrivée d’un nouveau prêtre suscite l’intérêt de toutes les femmes… Barny, jeune femme communiste et athée, ne saurait cependant être plus indifférente. Poussée par la curiosité, la jeune sceptique se rend à l’église dans le but de défier cet abbé : Léon Morin. Habituellement si sûre d’elle, Barny va pourtant être déstabilisée par ce jeune prêtre, aussi séduisant qu’intelligent. Intriguée, elle se prend au jeu de leurs échanges, au point de remettre en question ses certitudes les plus profondes. Barny ne succomberait-elle pas au charme du jeune prêtre ?

Mon avis

La Confession, on y va un peu à reculons. Pas totalement réticent, pas entièrement impatient. Et pourtant, c’est presque en courant qu’on devrait aller voir le film de Nicolas Boukhrief.
Le réalisateur change radicalement de registre et de ton après Made in France (sorti difficilement, en janvier 2016), Gardiens de l’ordre (sorti en 2010) ou encore Le Convoyeur (sorti en 2004).

Ici, pas question de parler de vraiment religion mais plutôt de foi et d’amour.
Les échanges sont passionnants et pertinents mais surtout s’ils fonctionnent très bien, c’est parce que les acteurs sont excellents. Car oui, dans La Confession c’est bien l’alchimie entre Marine Vacth et Romain Duris qui donne toute sa puissance et son intérêt au récit.
D’abord l’actrice, forte, elle tient tête, et le film à elle seule. Même si son partenaire n’est pas en reste, toujours souriant et prêt à répondre à cette jeune femme qui le pousse sans cesse.

Tout en subtilité, avec une fluidité dans les dialogues et la réalisation, quelques plans magnifiques avec la lumière alors que Romain Duris est perdu dans ses pensées face à la fenêtre.
Quand les deux personnages se rapprochent, on ressent alors le trouble qui les parcourt. L’ambiguïté de leur relation. Mais on ne cherche pas de réponse, pas besoin. C’est beau, c’est fort et on aimerait que leurs échanges continuent, encore et encore.

Subtile, sensible, fluide, Nicolas Boukhrief frappe fort avec La Confession. Grâce à Marine Vacth et Romain Duris, on ne s’ennuie pas un instant. Ils jouent juste, sans trop en faire et l’alchimie est clairement présente.
Pas de déception à la sortie de la salle et le film poursuit encore après. Rien qu’en y pensant, on replonge dans l’histoire et on revoit les deux acteurs. Un excellent duo.

Ma note: 3/5

Partager cet articleShare on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest1Share on Google+0Email this to someone

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.