[Critique] Le Fidèle

[Critique] Le Fidèle (note: 1/5 - via popmovies.fr)Que vaut Le Fidèle de Michaël R. Roskam avec Matthias Schoenaerts ?

Réalisateur : Michaël R. Roskam
Acteurs : Matthias Schoenaerts, Adèle Exarchopoulos, Jean-Benoît Ugeux
Distribution : Pathé Distribution
Durée : 2h10
Genre : Drame, Policier
Date de sortie : 1er novembre 2017

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Lorsque Gino rencontre Bénédicte, c’est la passion. Totale. Incandescente. Mais Gino a un secret. De ceux qui mettent votre vie et votre entourage en danger. Alors Gino et Bénédicte vont devoir se battre envers et contre tous, contre la raison et contre leurs propres failles pour pouvoir rester fidèles à leur amour.

Mon avis

Jamais deux sans trois pour Michaël R. Roskam et Matthias Schoenaerts qui se retrouvent pour Le Fidèle. Après l’excellent et puissant Bullhead (sorti en 2012), qui aura révélé au grand public l’acteur, et le thriller américain Quand vient la nuit (sorti en 2014), on espérait une troisième réussite pour le duo.

Malheureusement la magie n’opère pas pour cette troisième collaboration.
Non pas que l’idée d’un thriller romantique ne plait pas. Au contraire, sur le papier cela semble intéressant et il y a du bon dans ce film. Notamment Schoenaerts qui ne joue pas totalement dans son registre habituel de la vraie brute froide qu’il faut craindre à tout prix. Non, ici l’acteur joue à l’amoureux et on a envie d’y croire, on le croit. Mais l’alchimie ne passe pas avec Adèle Exarchopoulos.

L’actrice n’est jamais convaincante ou touchante dans le rôle de pilier pour le personnage de Gigi. Elle manque à nous faire croire que son personnage est totalement et aveuglément amoureuse de ce petit voyou qui veut se ranger, par amour.
Quand son partenaire fait tout pour faire vivre cette romance, Exarchopoulos se contente de faire sa mou habituelle.
Elle s’est trop enfermée dans le même registre de rôle, avec les mêmes mimiques, utilise une fois de plus son corps. On espère pour elle que dans le futur elle changera tout ça, elle qui a confié en tout cas pendant la promotion de ce film en avoir marre des scènes de nudité.

Le Fidèle est loin d’être la passion qu’on pouvait attendre. L’amour brutal, vital n’arrive que sur les 30 dernières minutes du film, quand on retrouve (enfin), le  Matthias Schoenaerts puissant que l’on connait. Là, pendant ces quelques minutes, Le Fidèle devient intéressant et l’on croit enfin à cet amour. Mais il est trop tard.
Sûrement que le film aurait mieux marché avec une autre actrice pour jouer à l’amoureuse éprise d’un gangster, prêt à changer.

Ma note: 1/5

Partager cet articleShare on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.