[Critique] Le Passé

Critique-Le-PasseDécouvrez ma critique du film en compétition à Cannes !


Réalisateur : Asghar Farhadi
Acteurs : Bérénice Bejo, Tahar Rahim, Ali Mosaffa
Distribution : Memento Films Distribution
Durée : 2h10
Genre : Drame
Date de sortie : 17 Mai 2013

Synopsis : Après quatre années de séparation, Ahmad arrive à Paris depuis Téhéran, à la demande de Marie, son épouse française, pour procéder aux formalités de leur divorce. Lors de son bref séjour, Ahmad découvre la relation conflictuelle que Marie entretient avec sa fille, Lucie. Les efforts d’Ahmad pour tenter d’améliorer cette relation lèveront le voile sur un secret du passé.

Mon avis

Premier film en français de monsieur Asghar Farhadi, plusieurs fois récompensé avec son dernier film Une séparation d’un Oscar notamment, il ne lui manquait que de fouler le tapis rouge du Festival de Cannes. Mission accomplie avec son nouveau film Le Passé sélectionné en compétition officielle.

Si son dernier film n’avait pas vraiment réussi à me toucher complètement, ce n’est pas le cas du Passé. Une véritable claque qui me donne encore des frissons à la sortie de la salle.

Une atmosphère lourde, remplie de non-dits, de mensonges, le tout avec une mise en scène simple mais très efficace. Beaucoup de silences qui seront comblés avec l’arrivée de l’ex mari, Ahmad. Malgré lui il va lever le voile sur des secrets qui hantent la famille depuis des mois. Image paternel, homme sage, il est celui à qui on se confie, celui qui va absorber les douleurs des autres et tenter d’apporter la sérénité au sein du foyer.

Face à une Bérénice Bejo au sommet, intense dans son rôle de femme, mère tourmentée, fatiguée et impuissante face à sa fille distante. Un conflit mère-fille difficile à comprendre, il n’y a aucune confrontation entre les deux femmes, tout passe par l’intermédiaire d’Ahmad qui va déclencher le processus de révélations.

L’actrice est vraiment à couper le souffle, sombre, poignante, hystérique, on arrive à se mettre à sa place, à comprendre sa détresse. Sans en faire, sans trop d’artifices, elle se glisse à merveille dans la peau de son personnage. Face à elle, un Ali Mossafa tout en justesse, impeccable pour son premier grand rôle au cinéma. Avec peu de mots, peu de gestes, il touche énormément.

Berenice-Bejo-Le-Passe

Les trois enfants, et plus particulièrement le petit garçon, sont à la hauteur de leurs aînés. Le garçon donne un petit pincement, il apporte son regard d’enfant, sa naïveté, son innocence face au monde adulte qu’il ne comprend pas. Il brise le coeur lorsqu’il ose poser avec une simplicité déconcertante une question qui ne trouve pas de réponse car il n’y en a pas. En ce qui concerne la fille aînée, elle est donc un des éléments perturbés et perturbant de cette histoire. Là aussi, son interprète fait un très bon travail et tout comme sa mère à l’écran, on sent son mal-être même si au départ on ne connait pas la réelle cause.

L’histoire qui s’annonçait comme un simple petit drame familial devient un thriller qui emmène les personnages et le spectateur sur une piste avant de finalement rebondir sur un autre fait toujours aussi dur mais on ne tombe pas dans le pathos. Le film n’a pas vraiment vocation à nous soutirer des larmes. La question est de savoir si l’on peut faire abstraction, oublier le passé ? Quels comportements avoir face à la lourde révélation de secrets qui rongeaient ?

Au final, Le Passé est une claque. Une histoire simple, dure mais vraie, un casting impeccable qui fait un sans faute. Aucun artifice, aucune exagération, aucune musique larmoyante, la simplicité est de rigueur et cela marche.

Ma note :  4/5

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.