[Critique] Les Figures de l’ombre

[Critique] Les Figures de l'ombre (note: 5/5 - via popmovies.fr)Lumière sur l’histoire peu connue de trois femmes, Les Figures de l’ombre de la NASA.

Titre original : Hidden Figures
Réalisateur : Theodore Melfi
Acteurs : Taraji P. Henson, Octavia Spencer, Janelle Monae, Kevin Costner
Distribution : Twentieth Century Fox France
Durée : 2h07
Genre : Drame, Biopic
Date de sortie : 8 mars 2017

Synopsis: Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn. Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran.

Mon avis

Les Figures de l’ombre. Une histoire peu connue du grand public qui est aujourd’hui révélée avec le film de Theodore Melfi.
Le film aura aussi pu avoir pour titre Les Femmes de l’ombre car ce sont bien les femmes qui sont au centre de l’histoire et de l’Histoire, avec un grand H. Mais ça aurait sûrement dérangé certaines personnes.
Quoi qu’il en soit, c’est un film fort sur la place des femmes dans le monde du travail mais aussi, et surtout, des femmes noires. Alors que les États-Unis appliquent encore la ségrégation dans les années 60 dans certains États.

C’est forcément la première chose qui frappe et c’est d’ailleurs la première scène du film. Ces trois femmes noires qui tombent en panne sur une petite route perdue. Une voiture de police qui passe par là et c’est pour elles une source d’inquiétude. Baisser la tête devant l’homme blanc, ne pas répondre aux moqueries quand elles disent travailler pour la NASA. Elles ? Des femmes ? Des femmes noires ?

Tout le film on revit cette triste période où les différences sont marquées. Ce sont des petits détails pour certains mais des détails qui ont de l’importance comme on le verra dans une scène où le personnage interprété par Taraji P. Henson sort de son mutisme, ose lever la tête et la voix face à son responsable. Ce dernier est joué par un Kevin Costner tout en justesse et il aura par la suite une belle réplique pour parler de la différence de traitement.

Le film nous entraine dans les coulisses de la NASA qui cherche à rattraper son retard dans la conquête spatiale face à son grand ennemi la Russie.
Jamais les maths n’auront été aussi passionnantes qu’avec ces trois femmes, brillamment interprétées par Octavia Spencer, Janelle Monae (aussi à l’affiche de Moonlight) et donc Taraji P. Henson. Chacune avec sa spécialité, chacune montrant ses capacités, son combat, son envie de réussir et de se faire une place. Une belle leçon de ténacité et de persévérance alors que les temps sont durs pour les noirs aux États-Unis. Il faut bien une première fois et cette première fois ça sera avec Katherine (Goble) Johnson, Mary Jackson et Dorothy Vaughan.

Hidden Figures

Drôle par moment, touchant, un brin agaçant (pour ne pas dire révoltant), une bonne bande originale, Les Figures de l’ombre a tout pour séduire.
Un casting impeccable, à tous les niveaux (principaux et secondaires), une page de l’Histoire, une histoire importante et qui ne laisse pas indifférent.
Pour son propos, les deux sujets abordés (les femmes au travail, les femmes noires au travail), Les Figures de l’ombre a largement mérité son prix aux SAG Awards qui a récompensé tout le casting. Et un Oscar du meilleur film serait le bienvenue. Histoire de reconnaitre le travail accompli par les femmes noires en pleine ségrégation. Et le travail des femmes, tout simplement.

Ma note : 5/5

Partager cet articleShare on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest99Share on Google+0Email this to someone

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.