[Critique] Les Gardiens de la Galaxie

critique-les-gardiens-de-la-galaxieOcéane revient sur Les Gardiens de la Galaxie. Son verdict ?

Titre original : Guardians Of The Galaxy
Réalisateur : James Gunn
Acteurs : Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Lee Pace
Distribution : The Walt Disney Company France
Durée : 2h
Genre : Action , Science fiction
Date de sortie : 13 août 2014

Synopsis : Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être …

Critique par Océane

C’est probablement le film le plus risqué de Marvel Studios depuis sa création. Réunir une équipe méconnue et revenue sur le devant de la scène il y a moins de dix ans, et dotée des personnages les plus étonnants de la Maison des Idées. Oui, Les Gardiens de la Galaxie était un sacré challenge d’autant plus que le casting ne s’appuie sur aucun grand nom connu à l’inverse d’un Iron Man et que le réalisateur James Gunn avait à son actif deux films peu susceptibles de correspondre à l’univers lissé de Marvel.

S’appuyant sur un script somme toute assez toute classique et dénué de surprises, James Gunn se sert du potentiel insolite très élevé de ses anti-héros et leur offre à chacun leur moment de gloire, sans qu’aucun d’entre eux ne vole la vedette aux autres. Lorsque vous ne rirez pas à une réplique de Rocket Racoon, vous vous amuserez du désespoir de Gamora face à son équipe ou du pouvoir attendrissant de Groot.
Bien sûr, leur background est malheureusement superficiel et Gamora ne correspond à aucun moment au profil de la « tueuse la plus dangereuse de la galaxie » qu’elle est censée être, mais cela ne fait rien, car le film harmonise tellement bien ces différentes personnalités qu’une alchimie naît directement entre ces losers de la galaxie. Pour cela il est aidé par un excellent casting : de Chris Pratt en passant par Bradley Cooper, chaque acteur semble prendre un plaisir fou à jouer dans ce projet. Même Dave Bautista, choix le plus risqué au vu de ses « talents » d’acteur, est étonnamment bon en Drax.

L’univers visuel des Gardiens de la Galaxie est tout simplement splendide. Des vaisseaux spatiaux partout pour des batailles spatiales impressionnantes, des créatures étonnantes, des planètes variées : on est en face du film Marvel le plus abouti visuellement. Certains plans semblent sortis de l’imagination d’un peintre. Et la beauté visuelle est d’autant plus saisissante que le ton du film, tout en restant family-friendly, s’offre quelques moments mal-élevés, à l’image de ce doigt d’honneur de Peter Quill, qui n’est pas censuré dans le montage final.

Saluons aussi la place importante de la musique dans le film : on s’en doutait en voyant les bandes annonces, mais la soundtrack des 80’s, appelée à juste titre « Awesome mix vol. 1 », nous aide à plonger dans l’atmosphère un peu nostalgique dans laquelle baigne Peter Quill. La bonne idée du film étant de faire de la cassette son dernier lien avec la Terre.
Quant au score de Tyler Bates, s’il n’entrera pas dans les annales, il sert convenablement les scènes et l’on est loin de la catastrophe d’Henry Jackman sur Captain America 2.

Le plus gros bémol des Gardiens de la Galaxie réside dans ses méchants. Un problème récurrent chez Marvel Studios et qui empêche de comprendre totalement leurs motivations.
Sans spoiler, on dira que le contexte géopolitique qui pousse Ronan l’Accusateur à vouloir tout détruire sur son passage est très flou, mal présenté, et que tout néophyte des comics aura du mal à comprendre le pourquoi du comment. C’est dommage car tant Lee Pace que Karen Gillan se donnent eux aussi à fond dans leur rôle, au point de surjouer par moments.

A noter que le rôle des Pierres d’Infinité trouve un début d’explication, même si cela n’est pas encore clair (impossible par exemple de savoir si le sceptre de Loki en est bien une).

Enfin, pour les curieux, si l’on voit bel et bien Thanos, ses motivations à lui aussi ne sont pas explicitement dites. Mais les fans du Titan seront heureux d’enfin découvrir ce grand ennemi en entier.

Malgré quelques petites réserves sur le scénario et les méchants, Les Gardiens de la Galaxie ne déçoit pas et s’impose comme un divertissement fun, drôle et spectaculaire. James Gunn a réussi son défi, et l’on espère que le public suivra avec lui. Maintenant, place à l’ultime film de la phase 2 l’année prochaine : Avengers : Age of Ultron !

Ma note : 4/5

 
Pour ne rien louper de l’actualité cinéma, retrouvez PopMovies sur Facebook !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.