[Critique] Mea Culpa

Critique-Mea-CulpaRetour sur Mea Culpa, nouveau film de Fred Cavayé.


Réalisateur : Fred Cavayé
Acteurs : Vincent Lindon, Gilles Lellouche, Nadine Labaki
Distribution : Gaumont Distribution
Durée : 1h30
Genre : Thriller, Policier
Date de sortie : 5 février 2014

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Flics sur Toulon, Simon et Franck fêtent la fin d’une mission. De retour vers chez eux, ils percutent une voiture. Bilan : deux victimes dont un enfant. Franck est indemne. Simon, qui était au volant et alcoolisé, sort grièvement blessé . Il va tout perdre. Sa vie de famille. Son job de flic. Six ans plus tard, divorcé de sa femme Alice, Simon est devenu convoyeur de fonds et peine à tenir son rôle de père auprès de son fils Théo qui a désormais 9 ans. Franck, toujours flic, veille à distance sur lui. Lors d’une corrida, le petit Théo va être malgré lui le témoin d’un règlement de compte mafieux. Très vite, il fera l’objet de menaces. Simon va tout faire pour protéger son fils et retrouver ses poursuivants. Le duo avec Franck va au même moment se recomposer. Mais ce sera aussi pour eux l’occasion de revenir sur les zones d’ombre de leur passé commun.

Mon avis

Fred Cavayé avait séduit avec ses précédentes réalisations, apportant un souffle frais et prouvant qu’il était possible d’avoir de bon thriller-policier français. Du coup, c’est avec impatience que ce Mea Culpa était attendu.

Le réalisateur retrouve ses deux acteurs fétiches, dirigés tour à tour dans ses premiers films, et cette fois-ci il en fait un duo. Une équipe qui va offrir une double dose d’action, toujours aussi appréciable.
Action et tension sont au rendez-vous avec un petit plus notamment avec de nombreuses scènes en huis clos qui questionnent sur l’issue de la traque.
Aucune réelle déception de ce côté.

En revanche le scénario contient des failles, des clichés parfois lourds qui n’étaient pas là avant. Cavayé semble avoir cédé à la facilité avec des flash back jouant la carte du mélo à fond, donnant des réponses un peu tirées par les cheveux alors que l’intrigue qui mène à cette traque de l’enfant reste vaguement sans réponse. Le gamin a assisté à un meurtre par une mafia, que la police cherche à arrêter, mais qu’est-ce que cette mafia fait vraiment, à part tuer des gens, c’est la question.
Au contraire, c’est la carte de l’émotion qui est sortie, l’enfant en danger, la famille déchirée, de secrets entre meilleurs amis mais pour développer ça il y avait besoin d’une raison et donc apparaissent les mafieux qui vont permettre à tout le monde de pleurer dans les bras de l’autre.

Au final, Mea Culpa remplit sa mission côté action mais déçoit sur le fond.

Ma note : 2/5

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.