[Critique] Night Call

Critique-Night-Call-Jake-GyllenhaalRetour sur Night Call avec Jake Gyllenhaal.

Titre original : Nightcrawler
Réalisateur : Dan Gilroy
Acteurs : Jake Gyllenhaal, Rene Russo, Riz Ahmed, Bill Paxton
Distribution : Paramount Pictures France
Durée : 1h57
Genre : Thriller , Drame
Date de sortie : 26 novembre 2014

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Branché sur les fréquences radios de la police, Lou parcourt Los Angeles la nuit à la recherche d’images choc qu’il vend à prix d’or aux chaînes de TV locales. La course au spectaculaire n’aura aucune limite…

Mon avis

La perte de poids pour un acteur (ou une actrice) c’est en général l’assurance de s’attirer les bons regards d’Hollywood, la reconnaissance et de récolter au passage quelques récompenses.
On ne sait pas encire si ça sera le cas pour Jake Gyllenhaal (bien qu’il soit nommé aux Independent Awards en tant que Meilleur acteur) mais en tout cas l’acteur ne laisse pas du tout indifférent dans ce Night Call. Dès les premières secondes il est méconnaissable et donne déjà des frissons.

Night Call présente la facette peu flatteuse des médias, toujours en train de courir pour obtenir une information en premier et donc avoir l’exclusivité sur la news. Augmenter son taux d’audience, devenir la chaîne référence, c’est à celui qui aura en premier le sujet.
Un brin angoissant, avec l’action qui se déroule principalement la nuit (avec les meurtres, les accidents, les fusillades…), et un peu beaucoup malsain, vu l’univers et les mentalités des gens qui font se travail. Le voyeurisme est de mise, plus c’est sanglant avec des gros plans mieux c’est et au diable l’éthique et la morale. Il faut faire dans le sensationnel et du coup Night Call pose cette question du mode de consommation qui en demande toujours plus. Sana la demande, le service n’existerait pas.

Le film, malgré sa noirceur, a un côté positif puisqu’il montre cette mentalité américaine au travail : même sans les connaissances, sans les études, avec de la motivation et beaucoup de sérieux, on peut réussir et la chance sera toujours donnée à un novice pour peu qu’il s’implique. Réussir oui mais à quel prix ? C’est ensuite sur ce point que Night Call s’appuie.
Le personnage joué par Jake Gyllenhaal étant très motivé et décidé à être le meilleur, il ne recul devant rien et celui ou celle qui osera se mettre sur son chemin risque d’avoir des problèmes. Et comme la règle est d’obtenir l’information croustillante avant les autres, même s’il dépasse les limites du correct, personne ne dira rien. C’est une boucle malsaine.

Au final, Night Call est un premier film réussi pour Dan Gilroy qui offre une expérience vraiment glaçante et dérangeante mais même temps extrêmement fascinante avec un Jake Gyllenhaal excellent.

Ma note : 3,5/5

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.