[Critique] The Two Faces of January

Critique-The-Two-Faces-of-JanuaryRetour sur The Two Faces of January.


Réalisateur : Hossein Amini
Acteurs : Viggo Mortensen, Kirsten Dunst, Oscar Isaac
Distribution : StudioCanal
Durée : 1h37
Genre : Thriller
Date de sortie : 18 juin 2014

Synopsis : 1962. Un couple de touristes américains très élégants, le charismatique Chester MacFarland et sa jeune épouse Colette, arrive à Athènes. À l’Acropole, ils rencontrent Rydal, jeune guide américain parlant grec, arnaqueur de touristes à l’occasion. Séduit par la beauté de Colette et impressionné par la fortune de Chester, Rydal accepte sans hésiter leur invitation à dîner. Les McFarland se révèlent moins lisses qu’il n’y paraît : le luxe et leur raffinement cachent bien mal leur part d’ombre.

Mon avis

Sur le papier, The Two Faces of January a tout pour plaire : un beau casting, une histoire qui se passe en Grèce et promet donc de magnifiques paysages et une histoire qui a l’air prenante.

Une fois devant le film, le casting plait vraiment, avec Oscar Isaac en guide touristique séducteur en retenu et fin voleur.
Face à lui, le couple Viggo Mortensen et Kristen Dunst qui évolue dans les ruines tel des dieux, tout en blanc et seuls. Ils attireront le regard de Rydal, joué par Isaac.

Entre séduction et arnaque, le trio s’embarque alors dans un jeu dangereux sans révéler toutes les cartes à leur disposition.
C’est ce qui créé la tension et la frustration du film. Beaucoup de retenu, Oscar Isaac et Viggo Mortensen s’affrontent sans trop d’éclat, chacun montrant une facette différente. D’un côté l’honnêteté, de l’autre le mensonge et la manipulation.
Une dualité qui se retrouve dans le titre du film même si cela à première vue n’est pas évident. En effet le titre fait référence à la mythologie grecque avec le dieu Janus, représenté par deux visages pour représenter l’homme, et qui a donné on nom au mois de Janvier.

Jusqu’où la confrontation va t-elle aller ? Les attentes ne sont pas toujours concrétisées, ce qui engendre un peu de frustration mais c’est habile car il n’y a pas de facilité ni de cliché.
Malheureusement dans ces attentes il y a beaucoup de longueurs qui donnent l’impression de voir un film de 2h alors qu’il ne fait que 1h37. Le rythme est lent, il n’y a pas que très peu de musique pour combler les vides.

Il est assez difficile d’appréhender The Two Faces of January mais avec du recul le film est plaisant, une seconde projection serait nécessaire pour apprécier un peu plus tous les points de ce thriller.
Les acteurs jouent avec justesse, sans trop en faire, avec un Viggo Mortensen qui sait être à la fois calme et inquiétant. Kristen Dunst elle est assez en retrait bien qu’en étant un des objets de la dualité entre les deux hommes.

Au final, The Two Faces of January est un thriller plutôt prenant mais un peu déconcertant qui plait assez malgré des longueurs et un rythme lent.
Les paysages sont sublimes et donnent envie de partir en Grèce.

Ma note : 2,5/5

 

 

Pour ne rien louper de l’actualité cinéma, retrouvez PopMovies sur Facebook !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.