[Critique] The Walk

Critique The Walk (note: 2/5)The Walk donne t-il le vertige ?

Réalisateur : Robert Zemeckis
Acteurs : Joseph Gordon-Levitt, Charlotte Le Bon, Robert Zemeckis, Clément Sibony
Distribution : Sony Pictures Releasing France
Durée : 2h3
Genre : Biopic , Drame , Aventure
Date de sortie : 28 octobre 2015

Synopsis : Biopic sur le funambule français Philippe Petit, célèbre pour avoir joint en 1974 les deux tours du World Trade Center sur un fil, suspendu au-dessus du vide.

Mon avis

Vendu comme un film à déconseiller aux personnes souffrant de vertige, des retours parlant d’une 3D qui rend malade certains spectateurs, il y avait beaucoup d’attente au niveau spectaculaire du film. Mais malheureusement il a été sur-vendu.

The Walk – Rêver plus haut est loin de ce que l’on pouvait imaginer. Si le film est très joli, malgré les nombreux fonds verts, on est loin du dernier film de Zemeckis qui avait laissé scotché au fauteuil et captivé.
Ici il est difficile de rentrer vraiment dans le film avec le choix, surprenant, de faire de Philippe Petit, joué par Joseph Gordon-Levitt, un narrateur omniprésent. Perché en haut de la Statue de la Liberté, l’acteur raconte son histoire. Cela n’aurait pas gêné si le réalisateur s’était contenté de faire ça en introduction mais non c’est tout le long du film que le récit sera interrompu par l’apparition de Levitt en haut de la statue, gesticulant et racontant son histoire alors que l’on était en pleine action. Ces coupures ne permettent à aucun moment de rentrer pleinement dans le film.

Forcément, avec ce choix, The Walk manque d’émotion et surtout de tension, ce qui est dommage car il y avait matière avec l’installation illégale des fils en haut des Tours en pleine nuit.
Le seul moment qui vaut le coup c’est la traversée, qui ne sera pas interrompue. Cette scène est magique, magnifique et surréaliste (dans le bon sens). C’est incroyable de se dire que Philippe Petit a fait cette traversée, et à plusieurs reprises, en toute tranquillité, qu’il a pris son temps et contemplé la scène. Chapeau monsieur.

Du côté du casting, Joseph Gordon-Levitt est parfait dans la peau du funambule. Connaissant sa personnalité, son travail avec HitRecord, il a le dynamisme naturel, cette bougeotte nécessaire au rôle.
De plus, l’acteur amoureux de la France depuis de nombreuses années, a fait l’effort de parler français dans plusieurs scènes (même si cela ne rend pas toujours bien et sent le sur-jeu).

Au final, The Walk s’annonçait grandiose, vertigineux mais le spectacle n’a pas eu lieu et la 3D est, une nouvelle fois, inutile. Zemeckis raconte l’histoire de Petit mais sans lui donner toute la force, l’humanité dont elle avait besoin. On est bien loin de ce que Hollywood peut faire en matière de spectaculaire.

Ma note : 2/5

Partager cet articleShare on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest1Share on Google+0Email this to someone

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.