[Critique] Une Intime conviction

[Critique] Une Intime Conviction (note: 4/5 - via popmovies.fr)
Copyright Séverine Brigeot

Intime conviction frappe fort en ce début d’année.

Réalisateur : Antoine Raimbault
Acteurs : Marina Foïs, Olivier Gourmet, Laurent Lucas, Jean Benguigui
Distribution : Memento Films Distribution
Durée : 1h50
Genre : Judiciaire, Thriller
Date de sortie : 6 février 2019

Synopsis : Depuis que Nora a assisté au procès de Jacques Viguier, accusé du meurtre de sa femme, elle est persuadée de son innocence. Craignant une erreur judiciaire, elle convainc un ténor du barreau de le défendre pour son second procès, en appel. Ensemble, ils vont mener un combat acharné contre l’injustice. Mais alors que l’étau se resserre autour de celui que tous accusent, la quête de vérité de Nora vire à l’obsession.

Mon avis

L’année 2019 commence très bien pour le cinéma français (après L’Heure de la sortie en janvier) et Une Intime conviction fait partie de ces quelques films qu’il ne faut surtout pas louper.

Dans cette petite liste des films français qui étonnent et réussissent, se trouve donc le film réalisé par Antoine Raimbault. Et alors que la plupart sont portés par des hommes, quel plaisir de voir que c’est Marina Foïs qui tient le haut de l’affiche, aux côtés d’un Olivier Gourmet impeccable.

Si le personnage joué par Foïs n’a pas existé, contrairement au personnage de Gourmet, dans cette histoire vraie bien étonnante qui montre les problèmes du système de justice en France, cela lui permet de tout donner. Résultat, une interprétation d’une grande force d’une femme qui se bat pour une vraie justice, avec les faits de son côté. Et c’est ça, l’intime conviction.

Qui n’aime pas suivre les faits divers ? Qui n’a jamais eu envie de se glisser aux côtés des enquêteurs pour découvrir la vérité ? Ou bien de mener soi-même sa propre enquête ?

Du coup, on ne peut que se prendre au jeu et rentrer avec un grand intérêt dans le combat de la vérité. On se met aux côtés de Nora, qui écoute des heures et des heures de conversation pour débusquer les incohérences dans les déclarations des uns et des autres. Une obsession de justice qui la pousse à négliger son fils qui ne comprend pas cet acharnement, et son travail et sa vie, tout simplement.

Pour son premier film, Antoine Raimbault frappe très fort et on comprend que le film puisse en gêner certains dont l’image est mise à mal (non le film ne sera pas interdit des salles). Mais les faits sont là et pour une vraie justice, il faut s’appuyer dessus pour rendre un verdict et ne pas se reposer sur des suppositions et des ressentis personnels.

Une Intime conviction est à voir, pour cette histoire, celle d’un homme accusé à tort (et il n’est sûrement, malheureusement, pas le seul) l’incroyable performance de Marina Foïs (on ne doutait pas de son talent) et les dernières minutes du film, avec le plaidoyer d’Olivier Gourmet qui cloue le bec.

Ma note : 4/5

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.