Critique-Blue-JasmineDécouvrez ma critique de Blue Jasmine.

Réalisateur : Woody Allen
Acteurs : Alec Baldwin, Cate Blanchett, Sally Hawkins, Peter Sarsgaard
Distribution : Mars Distribution
Durée : 1h38
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie : 25 septembre 2013

Synopsis : Alors qu’elle voit sa vie voler en éclat et son mariage avec Hal, un homme d’affaire fortuné, battre sérieusement de l’aile, Jasmine quitte son New York raffiné et mondain pour San Francisco et s’installe dans le modeste appartement de sa soeur Ginger afin de remettre de l’ordre dans sa vie.

Mon avis

Après un petit tour de l’Europe sans réelle saveur, Woody Allen frappe fort avec sa Blue Jasmine où il dessine un portrait de la chute d’une petite bourgeoise de New York qui n’accepte pas cette nouvelle vite. Elle ère dans l’appartement « confortable » de sa petite soeur, peste contre sa vie minable mais dans son malheur, elle n’aspire qu’à une seule chose : retrouver sa vie luxueuse.

Le film repose clairement sur la prestation à couper le souffle de Cate Blanchett. Énergique, enjouée, excentrique, folle, l’actrice ne s’arrête jamais et va jusqu’à s’essouffler pour marquer la détresse de la femme.

Face à elle, l’adorable Sally Hawkins qui tient tête à son aînée. Elle aussi a ses problèmes et tandis que sa soeur déboule dans sa vie, elle doit alors trouver sa place dans cette société. Doit-elle suivre les pas de sa grande soeur et fréquenter ce monde doré qui est à son opposé ? Doit-elle rester dans son univers, fait de cris, de rires francs, de petits boulots mal payés.

Le spectateur se retrouve à rire des malheurs de Jasmine, tout avec un sentiment de malaise face à cette dépression et les crises où elle se met à parler toute seule, en public, les yeux perdus dans le vague, à repenser à son passé.
Un passé qui se dévoile à travers des flashbacks, ils s’incrustent parfaitement et en douceur dans le présent.

A coup sûr, Cate Blanchett offre une prestation digne d’un Oscar et Sally Hawkins ne reste pas dans l’ombre et a droit elle aussi à un rôle plus en avant, quitte à faire de l’ombre par moment. Son personnage est attachant et intéressant.

Au final, Blue Jasmine est une belle et délicieuse surprise, signée Woody Allen, avec deux actrices au top.

Ma noCritique-Blue-JasmineJasmine-221x300.jpg)](/content/images/2013/09/Critique-Blue-Jasmine.jpg)Découvrez ma critique de Blue Jasmine.

Réalisateur : Woody Allen
Acteurs : Alec Baldwin, Cate Blanchett, Sally Hawkins, Peter Sarsgaard
Distribution : Mars Distribution
Durée : 1h38
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie : 25 septembre 2013

Synopsis : Alors qu’elle voit sa vie voler en éclat et son mariage avec Hal, un homme d’affaire fortuné, battre sérieusement de l’aile, Jasmine quitte son New York raffiné et mondain pour San Francisco et s’installe dans le modeste appartement de sa soeur Ginger afin de remettre de l’ordre dans sa vie.

Mon avis

Après un petit tour de l’Europe sans réelle saveur, Woody Allen frappe fort avec sa Blue Jasmine où il dessine un portrait de la chute d’une petite bourgeoise de New York qui n’accepte pas cette nouvelle vite. Elle ère dans l’appartement « confortable » de sa petite soeur, peste contre sa vie minable mais dans son malheur, elle n’aspire qu’à une seule chose : retrouver sa vie luxueuse.

Le film repose clairement sur la prestation à couper le souffle de Cate Blanchett. Énergique, enjouée, excentrique, folle, l’actrice ne s’arrête jamais et va jusqu’à s’essouffler pour marquer la détresse de la femme.

Face à elle, l’adorable Sally Hawkins qui tient tête à son aînée. Elle aussi a ses problèmes et tandis que sa soeur déboule dans sa vie, elle doit alors trouver sa place dans cette société. Doit-elle suivre les pas de sa grande soeur et fréquenter ce monde doré qui est à son opposé ? Doit-elle rester dans son univers, fait de cris, de rires francs, de petits boulots mal payés.

Le spectateur se retrouve à rire des malheurs de Jasmine, tout avec un sentiment de malaise face à cette dépression et les crises où elle se met à parler toute seule, en public, les yeux perdus dans le vague, à repenser à son passé.
Un passé qui se dévoile à travers des flashbacks, ils s’incrustent parfaitement et en douceur dans le présent.

A coup sûr, Cate Blanchett offre une prestation digne d’un Oscar et Sally Hawkins ne reste pas dans l’ombre et a droit elle aussi à un rôle plus en avant, quitte à faire de l’ombre par moment. Son personnage est attachant et intéressant.

Au final, Blue Jasmine est une belle et délicieuse surprise, signée Woody Allen, avec deux actrices au top.

Ma note : 4/5