Critique-50-nuances-de-GreyQue vaut **Cinquante nuances de Grey **?

Titre original : Fifty Shades of Grey
Réalisateur : Sam Taylor-Johnson
Acteurs : Jamie Dornan, Dakota Johnson, Eloise Mumford, Marcia Gay Harden
Distribution : Universal Pictures International France
Durée : 2h05
Genre : Érotique , Drame , Romance
Date de sortie : 11 février 2015

Synopsis : Interdit aux moins de 12 ans

L’histoire d’une romance passionnelle, et sexuelle, entre un jeune homme riche amateur de femmes, et une étudiante vierge de 22 ans.

Mon avis

Adaptation d’un roman sulfureux qui a fait beaucoup de bruit lors de sa publication, et de l’annonce d’un film, il y avait clairement quelques attentes avec Cinquante nuances de Grey.
La curiosité a pris le dessus en allant voir ce film mais le résultat est assez décevant, pour ne pas dire très.

Le film se révèle être une gentille petite comédie romantique avec une héroïne dont la naïveté, la niaiserie agace au plus haut point pendant les 2 heures. Impossible de compatir à son dilemme amoureux tant les clichés de film pour adolescente sont présents.

Dakota Johnson est attachée au film depuis le début. Assez méconnue du public, elle ne dégage rien de spécial si ce n’est un sentiment de supériorité face à son partenaire (impression qui se renforce un peu lorsque pendant la promotion elle regrette, et critique un peu, le départ de l’acteur initial).
Jamie Dornan, qui est donc arrivé après l’abandon de Charlie Hunnam (à cause d’emploi du temps chargé), n’arrive pas vraiment à s’imposer dans son rôle de dominant, ce qui est dommage connaissant son potentiel et le personnage de Christian Grey. L’acteur manque cruellement de charisme, n’est pas à son meilleur niveau côté séduction, il ne trouve pas sa place, semble mal à l’aise et souffre d’un problème à l’oeil durant une bonne partie du film, ce qui dérange un peu.

Mal à l’aise, Dakota Johnson l’est aussi. Ensemble, les deux acteurs ne dégagent aucune, mais alors aucune alchimie. Pas d’étincelle, de chaleur, de complicité, tout est froid et mécanique, sans aucune conviction.
C’est forcément un énorme point faible pour le film qui doit vendre un certain rêve et du plaisir mais il n’y a rien, pas de passion et pas de sexe.
Pour **un film **qui adapte un roman érotique de SM, Cinquante nuances de Grey est très réservé et innocent. Les scènes de sexe se comptent sur les doigts d’une main et en durée au total cela ne dépasse pas les 20 minutes, sur un film de 2h c’est très peu. Le SM était attendu mais c’est l’amour fleur bleue qui a pris le dessus.

Malgré tout il y a un peu de positif dans cette histoire.
La réalisation de Sam Taylor-Johnson n’a pas vraiment de défaut, il n’y a pas de problème de ce côté et la réalisatrice a trouvé une très bonne bande originale, sûrement le meilleur point à retenir de tout le film.
Le passé de Grey intéresse, son penchant pour le SM mérite l’intérêt d’un point de vue psychologique et le final est tel que la curiosité est attisée pour savoir ce qui se passera ensuite.

Au final, Cinquante nuances de Grey déçoit par son manque évident de sexe alors que c’est l’élément principal et vendeur de la franchise. Les acteurs n’arrivent pas à compenser et leur manque d’alchimie pose un énorme problème.
Pour les deux prochains films, il faut espérer que cela sera plus osé et qu’entre-temps les deux Dakota Johnson et Jamie Dornan arriveront à se toucher avec plus de passion.

Ma noCritique-50-nuances-de-Greyde-Grey-300x222.jpg)](/content/images/2015/02/Critique-50-nuances-de-Grey.jpg)Que vaut **Cinquante nuances de Grey **?

Titre original : Fifty Shades of Grey
Réalisateur : Sam Taylor-Johnson
Acteurs : Jamie Dornan, Dakota Johnson, Eloise Mumford, Marcia Gay Harden
Distribution : Universal Pictures International France
Durée : 2h05
Genre : Érotique , Drame , Romance
Date de sortie : 11 février 2015

Synopsis : Interdit aux moins de 12 ans

L’histoire d’une romance passionnelle, et sexuelle, entre un jeune homme riche amateur de femmes, et une étudiante vierge de 22 ans.

Mon avis

Adaptation d’un roman sulfureux qui a fait beaucoup de bruit lors de sa publication, et de l’annonce d’un film, il y avait clairement quelques attentes avec Cinquante nuances de Grey.
La curiosité a pris le dessus en allant voir ce film mais le résultat est assez décevant, pour ne pas dire très.

Le film se révèle être une gentille petite comédie romantique avec une héroïne dont la naïveté, la niaiserie agace au plus haut point pendant les 2 heures. Impossible de compatir à son dilemme amoureux tant les clichés de film pour adolescente sont présents.

Dakota Johnson est attachée au film depuis le début. Assez méconnue du public, elle ne dégage rien de spécial si ce n’est un sentiment de supériorité face à son partenaire (impression qui se renforce un peu lorsque pendant la promotion elle regrette, et critique un peu, le départ de l’acteur initial).
Jamie Dornan, qui est donc arrivé après l’abandon de Charlie Hunnam (à cause d’emploi du temps chargé), n’arrive pas vraiment à s’imposer dans son rôle de dominant, ce qui est dommage connaissant son potentiel et le personnage de Christian Grey. L’acteur manque cruellement de charisme, n’est pas à son meilleur niveau côté séduction, il ne trouve pas sa place, semble mal à l’aise et souffre d’un problème à l’oeil durant une bonne partie du film, ce qui dérange un peu.

Mal à l’aise, Dakota Johnson l’est aussi. Ensemble, les deux acteurs ne dégagent aucune, mais alors aucune alchimie. Pas d’étincelle, de chaleur, de complicité, tout est froid et mécanique, sans aucune conviction.
C’est forcément un énorme point faible pour le film qui doit vendre un certain rêve et du plaisir mais il n’y a rien, pas de passion et pas de sexe.
Pour **un film **qui adapte un roman érotique de SM, Cinquante nuances de Grey est très réservé et innocent. Les scènes de sexe se comptent sur les doigts d’une main et en durée au total cela ne dépasse pas les 20 minutes, sur un film de 2h c’est très peu. Le SM était attendu mais c’est l’amour fleur bleue qui a pris le dessus.

Malgré tout il y a un peu de positif dans cette histoire.
La réalisation de Sam Taylor-Johnson n’a pas vraiment de défaut, il n’y a pas de problème de ce côté et la réalisatrice a trouvé une très bonne bande originale, sûrement le meilleur point à retenir de tout le film.
Le passé de Grey intéresse, son penchant pour le SM mérite l’intérêt d’un point de vue psychologique et le final est tel que la curiosité est attisée pour savoir ce qui se passera ensuite.

Au final, Cinquante nuances de Grey déçoit par son manque évident de sexe alors que c’est l’élément principal et vendeur de la franchise. Les acteurs n’arrivent pas à compenser et leur manque d’alchimie pose un énorme problème.
Pour les deux prochains films, il faut espérer que cela sera plus osé et qu’entre-temps les deux Dakota Johnson et Jamie Dornan arriveront à se toucher avec plus de passion.

Ma note : 2/5