Critique-DenisDenis c’est…

Réalisateur : Lionel Bailliu
Acteurs :  Fabrice Eboué, Jean-Paul Rouve, Audrey Dana
Distribution : SND
Durée : 1h25
Genre : Comédie
Date de sortie : 1er Mai 2013

Synopsis : Par deux fois, Vincent a cru rencontrer la femme de sa vie.
Par deux fois, elles l’ont quitté pour le même homme… Denis.
Maintenant que Vincent file le parfait amour avec Anna, sa seule crainte est que l’histoire se répète. Alors il va tenter de comprendre : Mais que peuvent-elles trouver à ce type grande gueule, amateur de chemises bariolées, qui enseigne le catch comme une philosophie ?

Mon avis :

C’est vraiment par hasard et parce que je n’avais rien d’autre à faire que je me suis aventurée à l’avant-première de Denis. Je n’avais ni vu la bande annonce ni lu le synopsis. Je savais simplement que Denis était un sex symbol…  On peut parfois avoir des surprises agréables quand on n’a rien vu sur le film avant mais ce n’est pas le cas ici.

L’idée était pourtant intéressante : comment expliquer que certains mecs, pas vraiment des canons, arrivent à chopper des belles filles ? Le pitch est posé mais malheureusement cela a été tournée en une grosse blague, à la limite du ridicule.

Un humour inexistant, parfois très lourd, on sent la pâte de Fabrice Éboué qui s’en sort plutôt bien mais combiné avec celui du réalisateur ça ne passe pas du tout. D’autant plus que le personnage de Denis est assez pathétique. Ils ont poussé la blague du mec vraiment moche, dégueulasse à l’extrême pour nous faire croire qu’il avait un truc en plus que ce pauvre Vincent qui voit toutes ses exs tomber dans ses bras.

Les idées pleuvent sans jamais être développées, cela reste très superficiel et on ne comprend pas toujours les choix du réalisateur. On est pas sûr d’approuver le choix du métier de policier scientifique pour Vincent qui va nous offrir des scènes vraiment ridicules.

Les acteurs sont à la hauteur du scénario, très, très moyens. On ne se reconnait pas dans les personnages et on a du mal à ressentir de la compassion pour Vincent.

Au final, Denis c’est Denis. Qu’est-ce que les femmes lui trouvent ? On ne sait pas, si ce n’est que c’est parce que c’est Denis.

Le film aurait pu marcher si cela n’avait pas été aussi exagéré.

Ma note : 0,5/5