[Critique] Fences (note: 4/5 - via popmovies.fr)Que vaut Fences, réalisé par et avec Denzel Washington ?

Réalisateur : Denzel Washington
Acteurs : Denzel Washington, Viola Davis, Stephen Henderson, Jovan Adepo
Distribution : Paramount Pictures France
Durée : 2h18
Genre : Drame
Date de sortie : 22 février 2017

Synopsis : Dans les années 1950 à Pittsburgh, Troy Maxson, ancien joueur de la Negro League de baseball, est devenu éboueur. Il vit aujourd’hui avec son épouse Rose, son fils Cory et son jeune frère Gabriel, ancien soldat handicapé suite à une blessure à la tête.

Mon avis

Denzel Washington c’est quand même un peu le surdoué d’Hollywood. Cet acteur d’une immense classe qui arrive toujours à s’en sortir, peu importe le film. Il sait tout jouer. Et aujourd’hui il prouve qu’il est aussi très bon derrière la caméra avec l’adaptation Fences.
Il n’en est pas à son coup d’essai, c’est son troisième long-métrage en tant que réalisateur, mais c’est le premier que l’on peut voir sur grand écran.

A Hollywood, Washington est plutôt discret dans sa vie mais aussi dans son travaille. Même pour faire la promotion de ses films, il n’est pas du genre à faire toutes les Une des magazines et d’apparaitre dans toutes les émissions. Son nom, sa prestance suffisent.
Mais pour Fences, il est sorti de sa réserve pour défendre et présenter un film au combien riche en sujets, et d’actualité dans une Amérique plutôt chamboulée depuis les élections.

Mais avant de se plonger et d’essayer de trouver tous les points abordés par le film, adaptation de la pièce de théâtre d’August Wilson (très connu aux États-Unis pour avoir écrit sur la condition des Noirs durant le 20ème siècle), il faut qu’on regarde du côté des acteurs. Car la grande force de Fences et ce que l’on retiendra le plus c’est les incroyables performances de ses deux acteurs, Denzel Washington bien entendu, mais aussi Viola Davis qui prendra aux tripes dans un long monologue d’une femme blessée et fatiguée. Si certains commençaient à fermer les paupières à ce moment, ils ont été réveillés en force par son discours. En quelques minutes, elle montre son talent. Bravo Davis.

Viola Davis dans Fences

En ce qui concerne Washington, ce qui saute aux yeux immédiatement c’est qu’il parle beaucoup. Pièce de théâtre oblige, c’est bien la première qu’on l’entend autant parler et tant mieux. Son discours est à chaque fois très rythmé, telle une chanson et avec la classe de l’acteur, c’est un beau spectacle, une belle performance qu’il offre.

Dans Fences, traduisez par barrière ou clôture, les sujets abordés sont ceux de la condition des Noirs aux États-Unis, les Noirs pourront-ils avoir la même place que les blancs ?, un thème abordé avec Jovan Adepo, qui tient le rôle du fils de Washington et Davis, et se voit dans un rêve que son père lui empêche de poursuivre (par jalousie mais aussi à cause de la ségrégation). Le patriarche est toujours là pour subvenir aux besoins de sa famille et c’est lui qui décide pour tous. Il est dur, ne cherche pas à être aimé mais à être respecté et éduque ses enfants à travailler honnêtement. Et puis il y a cette métaphore avec la barrière que le personnage de Washington demande à son fils de bâtir pour l’empêcher de partir vers d’autres voies que celles qu’il entrevoit pour lui.

Jovan Adepo et Denzel Washington dans Fences

Fences c’est un film assez long, un peu déconcertant au début, tout se passe principalement dans un seul lieu comme sur une scène de théâtre. Il s’agit beaucoup de dialogues, d’échanges de vision de la vie et du contexte de l’époque. Et puis c’est un texte d’une grande richesse où on pourra l’interpréter de plusieurs façons.
On ne va pas voir Fences en espérant se détendre. On va voir Fences pour prendre une claque avec l’histoire mais surtout l’interprétation de Denzel Washington et Viola Davis. Et je n’oublie pas Mykelti Williamson qui m’a complètement touchée.

Ma note : 4/5