Critique-Fruitvale-station

Fruitvale Station, le film révoltant en ce début 2014.

Réalisateur : Ryan Coogler
Acteurs : Michael B. Jordan, Melonie Diaz, Octavia Spencer
Distribution : Mars Distribution
Durée : 1h25
Genre : Biopic, Drame
Date de sortie : 1er janvier 2014

Synopsis : Le 1er janvier 2009 au matin, Oscar Grant, 22 ans, croise des agents de police dans la station de métro Fruitvale, San Francisco. Le film raconte les vingt quatre heures qui ont précédé cette rencontre.

Mon avis

Il est assez dur de définir Fruitvale Station sur sa forme. Très indépendant, jeune et frais dans sa mise en scène, il ne faut pas y chercher de révolution, le but n’étant pas d’éblouir de ce côté mais de donner l’impression au spectateur qu’il se trouve au plus près du jeune homme, le faire plonger plus facilement et rapidement dans ce qui représente les dernières 24h d’un homme.

Cette idée est d’ailleurs terrible, se dire que l’on assiste aux derniers instants d’un homme. Il est là, à vivre sa de tous les jours, normalement, comme chacun de nous et il est alors évident de se mettre à sa place.
Ryan Coogler présente Oscar Grant, 22 ans, un jeune comme beaucoup, qui connait des difficultés mais essaye de s’en sortir, de dépasser ses problèmes pour être un nouvel homme, aux yeux de sa mère, sa compagne et pour leur fille.
Comme beaucoup il a fait des erreurs dont il n’est pas fier et le film montre bien qu’il cherche à se racheter, au risque de faire cliché mais c’est la vérité.

Le film avance, assez insupportable d’attendre le moment terrible…

Michael B. Jordan fait un remarquable travail, il est juste et n’en fait pas trop dans ce rôle difficile.
Octavia Spencer s’en sort aussi très bien, elle dégage la force et la détresse de cette mère qui se tient pour en partie responsable de la mort de son fils.

Au final, c’est révolté que l’on sort de cette projection. L’émotion est au maximum, surtout quand on apprend le jugement fort clément, comme toujours, envers le policier qui a tué Oscar Grant.
Impossible de rester insensible face à cette histoire qui malheureusement n’est pas unique et se répète bien trop souvent.

Ma note : 3/5