Critique-Hunger-Games-lembrasement

Hunger Games – l’embrasement, un second volet à la hauteur des attentes !

Titre original : Hunger Games – Catching Fire
Réalisateur : Francis Lawrence
Acteurs : Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Elizabeth Banks
Distribution : Metropolitan FilmExport
Durée : 2h26
Genre : Action , Drame , Science fiction
Date de sortie : 27 novembre 2013

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Katniss Everdeen est rentrée chez elle saine et sauve après avoir remporté la 74e édition des Hunger Games avec son partenaire Peeta Mellark.
Puisqu’ils ont gagné, ils sont obligés de laisser une fois de plus leur famille et leurs amis pour partir faire la Tournée de la victoire dans tous les districts. Au fil de son voyage, Katniss sent que la révolte gronde, mais le Capitole exerce toujours un contrôle absolu sur les districts tandis que le Président Snow prépare la 75e édition des Hunger Games, les Jeux de l’Expiation – une compétition qui pourrait changer Panem à jamais…

Mon avis

Le premier volet avait dévoilé un nouvel univers, assez sombre et sanglant, donnant une certaine critique de la société et si cela avait attiré, il fallait être honnête et reconnaitre les défauts de cette première, assez douce et pudique.
Mais aujourd’hui le second volet est là, avec un nouveau réalisateur aux commandes et ce dernier répond clairement aux attentes des déçus du premier film.

Dans Hunger Games – l’embrasement on retrouve les éléments qui manquaient au précédant film alors bien évidement la déception n’est point au rendez-vous et c’est un énorme coup que Francis Lawrence assène aux spectateurs, satisfaits.

Sombre, dans son image et son histoire, Hunger Games – l’embrasement a de sérieux enjeux suite à la victoire de Katniss qui a changé les règles des précédents jeux, ne pouvant pas accepter l’idée de devoir tuer son ami Peeta. Elle a tenu tête et une vague d’espoir et de révolte s’élève dans les districts, elle devient malgré elle un symbole et porte sur ses épaules le poids de milliers de personnes qui attendent d’elle qu’elle se mette en première ligne.
Le poids du volontariat, du sacrifice, les nuits ne sont pas calmes pour la jeune héroïne qui ne se remet pas de cette terrible expérience. Comment vivre avec des images aussi monstrueuses en tête, comment vivre dans le mensonge alors que son coeur bat pour un autre ? Elle vit dans sa bulle mais la réalité de sa victoire va la replonger dans la peur.

Plus que jamais, et c’est assez normal, le personnage de Katniss dégage plus d’humanité, de douleur et le reste des acteurs se sont aussi plus glissés dans leur rôle. Traitement, développement de leur personnalité, les questions laissées en suspend trouvent des réponses, la concentration repose sur eux, qui ils sont, qu’est-ce qu’ils ressentent, les coeurs s’ouvrent un peu plus.L’émotion est bien là et ce dès le début avec une scène faisant écho à la plus touchante du premier film. Les larmes se font sentir, quelques minutes intenses où la dureté de ces jeux se comprend beaucoup.

Les jeux sont de retour et s’annoncent plus violents et là encore, Francis Lawrence a fait ressortir cet aspect où il n’y a plus de place pour la gentillesse. Pas de caméra mobile, il la fixe sur l’action, offre des plans d’ensemble et ne se met rarement au niveau du visage d’un acteur.

La tension est bien là et sans avoir lu le livre avant, la surprise reste entière sur un des rebondissements de l’histoire que l’on ne voit pas venir. Un grand moment qui se savoure et fait complétement son effet. Et le final est très intelligent, bien que très simple, et continue de créer cette excitation, satisfaction.

Au final, le premier Hunger Games était un jeu d’enfant mais ce Hunger Games – l’embrasement rentre dans la cour des grands. Avec une maitrise sur tous les points, que ce soit de l’action qui respecte le degrés de violence nécessaire, des acteurs qui rentrent nettement mieux dans les personnages et des nouveaux qui remplissent très bien leur partie et sont très bien choisis, de l’émotion face à la dureté des faits. Francis Lawrence offre un très grand film, maitrise le sujet et c’est avec une grande assurance que l’on attend les deux derniers volets qu’il réalise.

Ma note : 4,5/5