Critique-Invincible-Angelina-JolieRetour sur Invincible, le nouveau film réalisé par Angelina Jolie.

Titre original : Unbroken
Réalisateur : Angelina Jolie
Acteurs : Jack O’Connell, Domhnall Gleeson, Garrett Hedlund, Takamasa Ishihara
Distribution : Universal Pictures International France
Durée : 2h17
Genre : Guerre , Biopic , Drame
Date de sortie : 7 janvier 2015

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

L’incroyable destin du coureur olympique et héros de la Seconde Guerre mondiale Louis « Louie » Zamperini dont l’avion s’est écrasé en mer en 1942, tuant huit membres de l’équipage et laissant les trois rescapés sur un canot de sauvetage où deux d’entre eux survécurent 47 jours durant, avant d’être capturés par la marine japonaise et envoyés dans un camp de prisonniers de guerre.

Mon avis

Les débuts d’Angelina Jolie en tant que réalisatrice n’ont pas rencontré un franc succès. La forme, les critiques, les recettes, Du sang et des larmes s’est assez vite oublié.
La surprise est donc immense quand on découvre cet Invincible, second long-métrage de l’actrice et désormais réalisatrice.
Dès l’ouverture la surprise est là avec une scène de guerre réussie et qui plonge parfaitement dans l’action avec une maitrise technique et visuelle que l’on retrouve tout au long du film.

Un soin précis et particulier est apporté à ce film qui se concentre sur une période éprouvante de la vie d’un homme, coureur olympique qui s’engagera dans l’armée lors de la Second Guerre mondiale et sera fait prisonnier par les Japonais. Cet homme, cet invincible c’est Louis (ou Louie) Zamperini.
Le film montre les épreuves qu’il a traversé, entre les 47 jours qu’il a passé sur un canot de sauvetage avec deux autres rescapés du crash de leur avion, avec des flash-back de son passé et en enfance agitée avant qu’il ne trouve sa voix dans l’athlétisme, et sa détention dans un camp de prisonniers de guerre où il subira les maltraitances de l’impitoyable Sergent Watanabe.

Si on ne peut qu’être admiratif et saluer le courage et l’incroyable mentale de cet homme qui a tenu malgré les nombreux coups reçu, il manque une petite dose d’émotion au film qui est très (trop ?) soigné, à la limite de la perfection et qui crie à l’Oscar.
Néanmoinsl’histoire est forte, à chaque instant on se souvient que c’est une histoire vraie, la photographie et la bande originale d’Alexandre Desplat sont magnifiques.
Le casting est convaincant avec la révélation de l’année Jack O’Connell et Domhnall Gleeson, très présent ces derniers temps et toujours excellent. Sans oublier la bonne découverte Takamasa Ishihara qui a le rôle dur du Sergent Watanabe et donne quelques frissons.

Au final Invincible est une bonne surprise et réussite pour la réalisatrice Angelina Jolie, en dépit de ce grand soin qui empêche de s’attacher vraiment et des longueurs.
De l’histoire incroyable de cet homme on retiendra que la force mentale fait beaucoup et qu’il faut savoir pardonner ses ennemis, malgré les atrocités qu’ils peuvent faire subir.

Ma noCritique-Invincible-Angelina-Joliea-Jolie-300x178.jpg)](/content/images/2015/01/Critique-Invincible-Angelina-Jolie.jpg)Retour sur Invincible, le nouveau film réalisé par Angelina Jolie.

Titre original : Unbroken
Réalisateur : Angelina Jolie
Acteurs : Jack O’Connell, Domhnall Gleeson, Garrett Hedlund, Takamasa Ishihara
Distribution : Universal Pictures International France
Durée : 2h17
Genre : Guerre , Biopic , Drame
Date de sortie : 7 janvier 2015

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

L’incroyable destin du coureur olympique et héros de la Seconde Guerre mondiale Louis « Louie » Zamperini dont l’avion s’est écrasé en mer en 1942, tuant huit membres de l’équipage et laissant les trois rescapés sur un canot de sauvetage où deux d’entre eux survécurent 47 jours durant, avant d’être capturés par la marine japonaise et envoyés dans un camp de prisonniers de guerre.

Mon avis

Les débuts d’Angelina Jolie en tant que réalisatrice n’ont pas rencontré un franc succès. La forme, les critiques, les recettes, Du sang et des larmes s’est assez vite oublié.
La surprise est donc immense quand on découvre cet Invincible, second long-métrage de l’actrice et désormais réalisatrice.
Dès l’ouverture la surprise est là avec une scène de guerre réussie et qui plonge parfaitement dans l’action avec une maitrise technique et visuelle que l’on retrouve tout au long du film.

Un soin précis et particulier est apporté à ce film qui se concentre sur une période éprouvante de la vie d’un homme, coureur olympique qui s’engagera dans l’armée lors de la Second Guerre mondiale et sera fait prisonnier par les Japonais. Cet homme, cet invincible c’est Louis (ou Louie) Zamperini.
Le film montre les épreuves qu’il a traversé, entre les 47 jours qu’il a passé sur un canot de sauvetage avec deux autres rescapés du crash de leur avion, avec des flash-back de son passé et en enfance agitée avant qu’il ne trouve sa voix dans l’athlétisme, et sa détention dans un camp de prisonniers de guerre où il subira les maltraitances de l’impitoyable Sergent Watanabe.

Si on ne peut qu’être admiratif et saluer le courage et l’incroyable mentale de cet homme qui a tenu malgré les nombreux coups reçu, il manque une petite dose d’émotion au film qui est très (trop ?) soigné, à la limite de la perfection et qui crie à l’Oscar.
Néanmoinsl’histoire est forte, à chaque instant on se souvient que c’est une histoire vraie, la photographie et la bande originale d’Alexandre Desplat sont magnifiques.
Le casting est convaincant avec la révélation de l’année Jack O’Connell et Domhnall Gleeson, très présent ces derniers temps et toujours excellent. Sans oublier la bonne découverte Takamasa Ishihara qui a le rôle dur du Sergent Watanabe et donne quelques frissons.

Au final Invincible est une bonne surprise et réussite pour la réalisatrice Angelina Jolie, en dépit de ce grand soin qui empêche de s’attacher vraiment et des longueurs.
De l’histoire incroyable de cet homme on retiendra que la force mentale fait beaucoup et qu’il faut savoir pardonner ses ennemis, malgré les atrocités qu’ils peuvent faire subir.

Ma note : 4/5