Critique-La-Vie-dAdele

Découvrez ma critique de la Palme d’Or 2013, présenté au Festival Paris Cinéma.

Réalisateur : Abdellatif Kechiche
Acteurs : Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos
Distribution : Wild Bunch Distribution
Durée : 2h55
Genre : Drame, Romance
Date de sortie : 9 Octobre 2013

Synopsis : À 15 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve…

Mon avis

La Vie d’Adèle, film choc, révélation de Cannes 2013 a le défaut premier d’avoir mis tout le monde d’accord à l’issu de sa projection. Beaucoup d’éloges sur le nouveau film d’Abdellatif Kechiche qui peuvent au final lui nuire tant l’attente du public du coup est grande.

La force de **La Vie d’Adèle **c’est de nous présenter en près de 3 heures la vie d’Adèle, d’abord adolescente qui va devoir faire face à la vie au lycée, puis lorsqu’elle rentre dans la vraie vie, le tout en faisant la découverte de l’amour, d’une sexualité épanouie, du désir, avec cette fille aux cheveux bleus. En toute simplicité.
Ancré dans l’actualité, qui a d’ailleurs fait débat quand à son prix, et très humain, il n’y a aucun artifice, pas de grossièreté dans son montage, tout est lisse et fluide, on arrive à s’identifier à la jeune fille, comprend ses sentiments, ses états d’âme, ses larmes. Seconde force du film donc, on s’attache à Adèle.

Abdellatif Kechiche réussit l’exploit de filmer une longue scène de sexe entre les deux femmes, qui auront dont de faire sourire ou agacer certains, de façon artistiquement, sans plonger dans le voyeurisme. Rien de choquant, on ressent toute la passion qui les anime, elles se cherchent, leurs corps se trouvent, s’éloignent, leurs mains s’effleurent.

Côté casting, il est indéniable que la révélation est Adèle Exarchopoulos. Sans trop en faire, elle se glisse, elle devient cette Adèle, qui se cherche, se construit à chaque pas, chaque parole. Elle est bluffante, d’un naturel qu’on ne voit pas souvent au cinéma, elle a cette fraicheur nécessaire au personnage.
Même si certains passages agaces sur le long, on ne niera pas sa bonne interprétation, tout comme sa partenaire Léa Seydoux.

Au final, **La Vie d’Adèle **est incroyable par sa simplicité et ses actrices, sur une durée de 2h55 le rythme se tient. Quelques petits détails passent moyennement, des clichés, une fin un peu tête à claque, on est captivés mais on ne s’extasie pas devant l’oeuvre de Kechiche.

Ma noCritique-La-Vie-dAdele-dAdele-220x300.jpg)](/content/images/2013/07/Critique-La-Vie-dAdele.jpg)

Découvrez ma critique de la Palme d’Or 2013, présenté au Festival Paris Cinéma.

Réalisateur : Abdellatif Kechiche
Acteurs : Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos
Distribution : Wild Bunch Distribution
Durée : 2h55
Genre : Drame, Romance
Date de sortie : 9 Octobre 2013

Synopsis : À 15 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve…

Mon avis

La Vie d’Adèle, film choc, révélation de Cannes 2013 a le défaut premier d’avoir mis tout le monde d’accord à l’issu de sa projection. Beaucoup d’éloges sur le nouveau film d’Abdellatif Kechiche qui peuvent au final lui nuire tant l’attente du public du coup est grande.

La force de **La Vie d’Adèle **c’est de nous présenter en près de 3 heures la vie d’Adèle, d’abord adolescente qui va devoir faire face à la vie au lycée, puis lorsqu’elle rentre dans la vraie vie, le tout en faisant la découverte de l’amour, d’une sexualité épanouie, du désir, avec cette fille aux cheveux bleus. En toute simplicité.
Ancré dans l’actualité, qui a d’ailleurs fait débat quand à son prix, et très humain, il n’y a aucun artifice, pas de grossièreté dans son montage, tout est lisse et fluide, on arrive à s’identifier à la jeune fille, comprend ses sentiments, ses états d’âme, ses larmes. Seconde force du film donc, on s’attache à Adèle.

Abdellatif Kechiche réussit l’exploit de filmer une longue scène de sexe entre les deux femmes, qui auront dont de faire sourire ou agacer certains, de façon artistiquement, sans plonger dans le voyeurisme. Rien de choquant, on ressent toute la passion qui les anime, elles se cherchent, leurs corps se trouvent, s’éloignent, leurs mains s’effleurent.

Côté casting, il est indéniable que la révélation est Adèle Exarchopoulos. Sans trop en faire, elle se glisse, elle devient cette Adèle, qui se cherche, se construit à chaque pas, chaque parole. Elle est bluffante, d’un naturel qu’on ne voit pas souvent au cinéma, elle a cette fraicheur nécessaire au personnage.
Même si certains passages agaces sur le long, on ne niera pas sa bonne interprétation, tout comme sa partenaire Léa Seydoux.

Au final, **La Vie d’Adèle **est incroyable par sa simplicité et ses actrices, sur une durée de 2h55 le rythme se tient. Quelques petits détails passent moyennement, des clichés, une fin un peu tête à claque, on est captivés mais on ne s’extasie pas devant l’oeuvre de Kechiche.

Ma note : 3/5