[Critique] Rogue One (note: 2/5 - via popmovies.fr)Que vaut Rogue One, premier spin-off de la franchise de Star Wars ?

Réalisateur : Gareth Edwards
Acteurs : Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn, Forest Whitaker
Distribution : The Walt Disney Company France
Durée : 2h14
Genre : Aventure , Action , Science fiction
Date de sortie : 14 décembre 2016

Synopsis : Situé entre les épisodes III et IV de la saga Star Wars, le film nous entraîne aux côtés d’individus ordinaires qui, pour rester fidèles à leurs valeurs, vont tenter l’impossible au péril de leur vie. Ils n’avaient pas prévu de devenir des héros, mais dans une époque de plus en plus sombre, ils vont devoir dérober les plans de l’Étoile de la Mort, l’arme de destruction ultime de l’Empire.

Mon avis

Comme pour Star Wars : Le Réveil de la Force, je ne suis pas une grande fana de la franchise. Même si j’ai apprécié les premiers, je suis allée par curiosité voir ce Rogue One. Fort est de constater que ce n’est pas avec ce film que je rejoindrais la grande famille des inconditionnels fans.

Le gros problème du film, et c’est ce qui revient dans les discussions, c’est le début. L’histoire met beaucoup de temps à démarrer et c’est clairement les 40-30 dernières minutes qui seront les plus intéressantes. En attendant, on ne plonge pas vraiment dans l’action. Le problème à des personnages qui ne sont n’y intéressants, n’y attachants. En dehors du robot K2 et du duo formé par Donnie Yen et Jiang Wen (respectivement Chirrut et Baze). Ces deux derniers sont les préférés, leur dynamique est bonne et on aurait aimé les voir encore. Ah et n’oublions pas Riz Ahmed qui dégage un petit quelque chose qui fait qu’on s’attache vraiment à ce pilote.

Donnie Yen et Jiang Wen dans Rogue One

Malheureusement pour Felicity Jones qui tient la tête d’affiche, elle n’est pas convaincante en héroïne. Molle, trop lisse et trop propre, elle n’a pas les épaules de guerrière de Daisy Ridley.
Il manque aussi un petit quelque chose à **Diego Luna **et Ben Mendelsohn, quand Forest Whitaker, le grand Forest Whitaker, ne sert strictement à rien. Mais alors vraiment rien.
Les personnages sont survolés, on ne souhaite pas créer de liens avec eux et en voyant le final ça se comprend. Ce qui est dommage pour certains.

Au final, les dernières minutes de Rogue One sont les plus intéressantes et le film remplit alors sa mission de divertissement. Mais le chemin aura été long jusqu’à cette bataille. Et la non-fan de la franchise que je suis ne retiendra pas grand chose de ce volet, en dehors de trois personnages sympathiques.

Ma note : 2/5